Ligue de Balle molle Amicale 

49e saison

La revue de presse de Pat

Cette semaine dans la L.B.M.A.

19 août 2019-08-19

La vraie saison est officiellement commencer. Place aux séries 2019. Dans cette chronique, nous passerons au peigne fin chacune des parties de la première ronde des séries éliminatoires. Ces qui ont assistés aux rencontres ont eus droit à de la bonne balle des séries et j’essaierai de bien décortiquer chacune d’elles pour tout ceux qui passaient leur temps à me texté pour savoir comment ce déroule le match au lieu d’y être. Sans plus tarder, let’s go !

 

DUCS VS VAUTOURS

PARTIE 1

Les Vautours commencent fort dès le début du match en marquant quatre points en première manche dont deux sur le circuit de Jonathan Desrosiers. Ils poursuivent leur cadence en ajoutant cinq points en deuxième manche. Après deux manches, les Vautours menaient 9-2. Cependant, les Ducs n’avaient pas dit leur dernier mot. Ils remontent tranquillement, mais sûrement la pente. Le haut de l’alignement des Ducs composés de Brisebois, Caouette et Laverdière produisent chacun deux points durant la partie pour combler le déficit. Après cinq manches, le score est de 9-7 pour les Vautours. En fin de 6e manche, Lancup frappe un triple et produit un point. Il viendra ensuite marquer pour porter la marque à 11-7. Encore une fois, les Ducs montrent beaucoup de caractère. Ils marquent trois points et malgré le fait qu’ils avaient les Vautours dans les câbles, ils n’arrivent pas à créer l’égalité. Les Vautours se sauvent avec la victoire par le pointage de 11-10. Les Vautours mènent la série 1-0.

 

PARTIE 2

Encore une fois, les deux opposants ont échangés coup pour coup, tel un combat entre Marco Antonio Barerra et Érik Morales, ou si vous préférez, tel un  combat entre Mickey Ward et Arturo Gatti. Allez sur Youtube si vous voulez voir des bons combats de boxe. Bref, les deux adversaires ont tout donné. Ils ont laissés toute l’énergie qu’ils avaient sur le terrain, de même que leur sueur et leur sang. Malgré leur défaite, les Ducs avaient acquis la confiance qu’ils pouvaient vaincre les Vautours, que c’était possible. Après la première manche, malgré un autre bon départ des Vautours avec trois points, les Ducs répliquent avec trois aussi. 3-3 après une manche. En début de 3e, les Vautours égalent le score à 5-5 quand les Ducs se présentent au bâton. Ils explosent avec cinq points dont quatre sur un grand chelem du coach, Guy Brisebois.  Après trois manches, le pointage est de 10-5 pour les Ducs. Les Vautours se ressaisissent et répliquent aussitôt avec cinq points dont trois sur un double avec les buts remplis de Sébastien Marchand.  Coup pour coup. Après cinq manches complètes de jeu, le pointage est égal à 12-12. Le sang gicle, la foule de huit spectateurs est débout…oui, parce que le match est excitant, mais aussi parce que les estrades sont dures pour les fesses. Après six manches, le score est toujours 12-12. Les Vautours commencent la manche au bâton et inscrivent un point sur un simple productif d’Ali Sabrah. 13-12 Vautours. La pression est sur les Ducs qui se présentent au bâton en fin de 7e manche. Carl-Olivier Boivin commence la manche avec un solide coup sûr pour plus d’un but, un triple. Aucun retrait. Ça sent la prolongation, ou même la victoire pour les Ducs. Ressler se présente au bâton. Retrait. Boivin ne peut marquer. Il est toujours au 3e but. Marchi se présente au bâton. Retrait. Le prochain frappeur est Guy Brisebois. Avec Caouette et Laverdière qui suivent, les Vautours décident d’affronter le coach des Ducs. Brisebois a jusqu’à présent, cinq points produits et trois points comptés dans cette partie. Brisebois fige sur une troisième prise. Fin dramatique. Les Vautours l’emportent 13-12. Les Vautours gagnent la série 2-0. 

 

Après une saison difficile, les Ducs peuvent avoir la tête haute à la suite de cette série endiablée. Ils ont donnés tout ce qu’ils avaient. Bravo aux Ducs. Maintenant que les Vautours ont éliminés les Ducs, ils se mesureront en demi-finale aux Condors. Les Condors ont dominés la série de partie durant la saison avec quatre victoires contre une seule défaite.

 

AIGLES VS HARFANGS

PARTIE 1

Vous croyez que la dernière partie était intense ? Attendez, vous n’avez rien vue. La première partie de cette série débute à la suite du 2e match entre les Vautours et les Ducs car, la veille, la partie fût interrompue à cause d’orage violent. Les Aigles donnent le ton dès le début de la rencontre grâce entre autre à Steve Beaudry qui catapulte un lancé de Van Houtte de l’autre côté de la clôture au champ centre. Une claque bonne pour trois points. Après trois manches, les Aigles avaient les devants par la marque de 6-1. Ces mêmes Aigles continuent sur leur lancé. Ils ajoutent trois points en début de quatrième manche. Beaudry, Beauregard et Forgues produisent chacun un point. Après quatre manches, les Aigles mènent 9-1. Les estrades se vident. Quelle erreur. Ces six spectateurs ne savent pas ce qu’ils allaient manquer. Les Harfangs se lèvent enfin en 5e manche avec une poussée de trois points dont deux sur un double de Benoit Hammarrenger. Après six manches complètes, le pointage est de 9-4 en faveur des Aigles. En début de 7e manche, les Aigles ajoutent deux autres points et portent le score à 11-4. C’est fini, right ? Euuuh non. Vraiment pas. Les Harfangs s’amènent au bâton en fin de 7e et le ciel tombe sur la tête des Aigles. La balle trouve les trous, les Harfangs remontent la pente. Le pointage est de 11-8 pour les Aigles avec deux retraits et deux hommes sur les sentiers. C’est fini, right ? Euuh non. David Péloquin s’amène au bâton. Il frappe la balle dans la gauche, Joe Guerrera plonge….s’il attrape la balle, c’est le 3e retrait, mais la balle touche son gant et Joe tombe violement et reste au sol. La balle continue de rouler à côté de lui, mais Joe est immobilisé. Le temps que l’on récupère la balle, les joueurs des Harfangs ont fait le tour des buts incluant Péloquin. Circuit de trois points et c’est l’égalité !!! 11-11. Incroyable !!! Les émotions fortes s’apaisent rapidement car l’attention est tournée vers le champ gauche où Joe Guerrera se tord de douleur toujours au sol. Il est grièvement blessé. Possiblement une fracture selon ses dires, et il avait raison. Une fracture de la clavicule. Quel effort qui aurait pu gagner le match pour son équipe se transforme en situation malheureusement. Personne ne veut voir un de nos frères se blessé. Pendant que Joe est allongé sur le dos. Michel Plante joint le 911 et reçoit la consigne que Joe doit éviter tout mouvement en attendant l’ambulance. Et croyez moi, ont l’a attendu l’ambulance. Près de 45 minutes. Quand l’ambulance à quittée, tous réalisaient que la partie n’était pas terminée…la 7e manche n’était pas terminée. Stéphane Heppell vient à la rescousse des Aigles. La manche se termine finalement avec un score égal de 11-11. Nous irons en prolongations. Vous croyez que vous avez tout vue ? Et bien non. Attachez vos tuques avec de la broche. Les Aigles, un peu ébranler par la remontée et la blessure de leur coéquipier se serre les coudes et démontrent énormément de caractère en marquant deux points produit par Steve Beaudry qui en compte six dans cette rencontre. Les Aigles prennent les devant 13-11. Les Harfangs reprennent où ils ont laissés. Quelques erreurs leur permettent de mettre de la pression et ils trouvent le moyen de créer l’égalité 13-13 et avec deux retraits et les buts remplis, devinez qui s’amène au bâton pour les Harfangs ? David Péloquin. La tension est à son maximum. Croyez-le ou non, Péloquin obtient un but sur balle avec les buts remplis. C’est fini, right ? Euuuuh non. QUOI ???? Dans l’euphorie du moment, Richard Germain qui était le coureur au premier but a joint la célébration de ses coéquipiers au avant d’aller toucher au 2e but pour complété la séquence. Keith Beauregard remarque cette omission et demande un rappel  à l’arbitre Éric Lizotte qui veillait au grain et qui déclare le coureur retiré. Comme c’est l’équivalent d’un jeu forcé et qu’il s’agit du 3e retrait, le point ne compte pas. C’est toujours l’égalité 13-13. Place à la 9e manche. À ce moment là, chacune de nos femmes croient que nous avons une maitresse. Ça fait plus de trois heures que cette partie est commencée. En début de 9e, les Aigles frappent fort. Taddeo et Longtin produisent chacun un point et Beauregard en produit deux. Les Aigles prennent les devants 17-13. Ce fût le coup de grâce. Les Harfangs furent incapables de répliquer en fin de neuvième et le pointage final fût 17-13. Les Aigles mènent la série 1-0.

 

PARTIE 2

La question sur toute les lèvres étaient : Est-ce que les Harfangs pourront se remettent de la défaite crève-cœur subit lors du premier match ? Dès la première manche, les Aigles semblent inspirés et ouvrent la machine rapidement. Taddeo frappe un triple et produit un point. Il viendra marquer par la suite. Stabile produira aussi deux points durant cette manche. Après une manche, les Aigles mènent 4-0. Après une manche sans histoire, les Harfangs commencent la 3e manche en force avec un coup sûr de Benoit Hammarrenger qui produit deux points. Ciarlo et Bureau produiront aussi des points dans cette manche où les Harfangs marqueront cinq points. En 4e manche, les Harfangs en rajoutent. Ils marqueront encore cinq points grâce entre autre à Marc Ménabo, en feu par les temps qui courent, qui produira deux points dans cette manche. Après quatre manches complètes de jeu, les Harfangs ont les devants par la marque de 11-4. C’est le calme plat chez les Aigles qui ne produiront rien avant la dernière manche. Pendant ce temps, les Harfangs dominent et ajoutent à leur avance avec un point en 5e, trois points en 6e grâce entre autre à Van Houtte qui en produit deux et deux autres points en 7e manche. Les Aigles tentent une petite remontée en fin de 7e avec une poussée de trois points mais l’avance des Harfangs étaient insurmontable. Le pointage final est de 17-7 pour les Harfangs. La série est égale 1-1.

 

PARTIE 3

Nous aurons droit à un match ultime. Comme dans les deux premières rencontres, les Aigles connaissent un très bon départ. Les cinq premiers frappeurs se rendent sur les buts. Van Houtte donne trois buts sur balles avec les buts remplis. Les Harfangs ripostent rapidement grâce à leur coach Benoit Hammarrenger, qui connait toute une série, qui frappe un circuit bon pour deux points. Après une manche, les Aigles mènent 3-2. Après un double de Taddeo, Longtin suit avec un triple. Il viendra marquer par la suite. Les Aigles accentuent leur avance 5-2. En fin de 3e, les Harfangs réduisent l’écart en marquant deux points. C’est 5-4 pour les Aigles après trois manches. Les Harfangs vont créer l’égalité en 4e et prendre les devants en 5e grâce à un ballon sacrifice de Ménabo qui produit un point. Après cinq manches, le pointage est de 6-5 pour les Harfangs.  En fin de 6e manche, les Harfangs portent un dur coup aux Aigles. Ils marquent pas moins de sept points durant cette manche. Barsalou et Ciarlo produisent chacun deux points durant cette manche pour aider les Harfangs à prendre une sérieuse option sur la série. Après six manches, c’est 13-5 pour les Harfangs. Les Aigles n’abandonnent pas. Ils donnent le tout pour le tout et parviennent à marquer trois points mais l’écart était trop grande. Le pointage final est de 13-8 pour les Harfangs. Les Harfangs gagnent la série 2-1.

 

Quelle force de caractère des Harfangs qui auraient pu abandonner après ce qui est arrivé durant la première partie. Bravo. Nous aurons des nouveaux champions car les Aigles s’inclinent. J’aimerais tout de même les félicités car ils ont livrés une solide bataille durant cette série. Les Harfangs seront maintenant confrontés aux champions de la saison régulière, les Faucons. La troupe à Collard à complètement dominer les Harfangs durant la saison en remportant les cinq affrontements qui les opposaient.

 

Vers de terre et croûtes de pain

-Avant de vous laissez partir, je voudrais vous rappelez que le samedi 28 septembre se tiendra notre party de fin de saison avec la remise des trophées. Vous y êtes tous attendus. J’espère que vous y serez tous. J’aurai le plaisir d’animer cette soirée en compagnie de Denis Charbonneau. Ce sera une première fois que nous animerons ensemble. Je vous promets que vous allez apprécier.

Bonne demi-finale aux équipes toujours en liste.

PAT CHARTRAND.

 

de retour à l'index des reportages